Transformation numérique : attention à l’overdose

June 13, 2017
Transformation numérique : attention à l’overdose

Chronique de Sylvain Cazard, Vice-Président de VMware en France

La transformation numérique est incontournable mais elle ne doit pas tourner à l’obsession. La communication masque souvent un manque d’action, et la parole se substitue au sens. Veillons à ce que la transformation numérique dépasse l’aspect technologique et s’inscrive dans un projet de société plus ambitieux au service de l’humain.

Redonnons du sens aux mots et aux actions. Nous vivons sous le diktat des buzzwords qui, à force d’être abondamment utilisés, perdent de leur sens. Sous l’effet de l’infobésité, l’information est transférée avant d’être approfondie. On sélectionne les sujets sur des mots clés en oubliant l’intérêt du contenu. On réagit sur un titre plutôt que sur l‘argumentation. Une sorte de tyrannie des buzzwords et des hashtags qui risque de nous faire passer à côté de l’essentiel. Après la période anxiogène d’une transformation numérique, associée à « l’ubérisation » sous la menace des « barbares du web », est venue se superposer la phase culpabilisante où chacun devait montrer qu’il s’était engagé dans cette transformation sous peine d’être dans l’incapacité d’innover. La communication a quelques fois pris le dessus sur l’action proprement dite. Il est temps de trouver d’autres formes de motivation que l’angoisse ou la contrainte. Reprenons l’initiative et fixons-nous des objectifs enthousiasmants. Les nouvelles technologies ne sont en aucun cas une finalité.

La prouesse technologique ne doit pas nous faire oublier l’essentiel. L’empilement de technologies n’est pas nécessairement un gage d’excellence. On en arrive parfois à se demander si l’objectif affiché n’est pas qu’un prétexte à l’utilisation de technologies. Quand Amazon fait étalage de toutes les technologies (capteurs, intelligence artificielle) dans son magasin « Amazon Go » pour au final offrir une livraison à domicile on peut se demander si c’est bien raisonnable. D’ailleurs Monoprix a parodié avec humour la vidéo d’Amazon Go en stigmatisant cet usage excessif des technologies. L’humain reste la priorité et la technologie n’est qu’un accessoire à son service. On finirait par l’oublier. On pourrait même penser que cette utilisation parfois exagérée des technologies est plus guidée par le désir d’en savoir toujours davantage sur les consommateurs et leurs comportements que pour réellement leur simplifier la vie. Mais je me trompe certainement.

Les technologies doivent être au service d’une société meilleure. Les technologies sont de formidables outils et de puissants leviers de progrès mais ils restent des moyens. Il est aussi ridicule d’encenser les nouvelles technologies que de les accabler. Les technologies seront indéniablement au cœur de la société de demain qu’on le veuille ou non. Mieux vaut définir ce qu’on attend d’elles et les inscrire dans un projet global qui serait au service du bien-être commun. Le progrès s’est toujours accompagné de changements et de ruptures. La différence aujourd’hui est dans l’accélération. Nous en sommes aujourd’hui quasiment à classifier les générations en fonction de l’apparition des technologies. Je suis convaincu que le numérique créera de nombreux emplois mais les périodes de transition sont de plus en plus courtes. Il est tout aussi dangereux de foncer tête baissée vers le numérique que de crier à la destruction des emplois par la robotisation et l’intelligence artificielle.

L’humain doit être au centre de nos réflexions. Plutôt que de parler de transformation numérique je préfère dire qu’un nouveau monde est en train de se créer et qu’il nous appartient d’en dessiner les lignes et surtout d’accompagner sa construction dans tous ses aspects : santé, alimentation, énergie, habitat, éducation, économie, entreprises, emplois. Les emplois vont évoluer, certains vont disparaitre, les méthodes et les outils de travail se renouvellent. Les compétences vont être remises en question continuellement. Au-delà de l’utilisation des outils numérique à l’école, il faut prendre en considération les nouvelles formes de savoir et de communication. De plus en plus de nouveaux métiers vont apparaitre. L’adaptation et la mobilité seront indispensables. Le management lui-même doit être repensé pour en tenir compte et encourager l’initiative et l’innovation.

Loin de moi l’idée de remettre en cause la nécessité de la transformation numérique elle est présente partout et évidente, essayons juste de ne pas tomber dans l’abus et la caricature sous peine d’être contreproductif. Ne survendons pas la technologie, mettons-la à notre service et apprenons à la maitriser. Contribuons avec du bon sens à créer une dynamique positive qui redonne à l’être humain toute sa place et lui propose des perspectives optimistes.

Lire aussi mon précédent billet “Le « design thinking » appliqué au management”


 
Related Posts
 

Chronique de Sylvain Cazard, Vice-Président de VMware en France

Les entreprises …

Read More

Chronique de Sylvain Cazard, Vice-Président de VMware en France

Le digital …

Read More

À mesure que l’économie numérique évolue, les équipes informatiques s’efforcent …

Read More

Chronique de Sylvain Cazard, Vice-Président de VMware en France

Les récentes …

Read More

 
 
Blog Archive