[Cloud & Ops : La chronique de l’Expert] Cloud Hybride : Histoire et trajectoires

December 8, 2016
[Cloud & Ops : La chronique de l’Expert] Cloud Hybride : Histoire et trajectoires

C’est un fait : 70% des clients de services clouds ont une stratégie de « Cloud Hybride » ! Souvent utilisé ce terme masque une complexité importante, sa définition est même sujette à discussions. Les exigences inhérentes à ce concept provoquent l’émergence de nouvelles solutions à l’image de « VMware Cross Cloud Services », et incitent les principaux acteurs à nouer des partenariats stratégiques comme en témoignent les annonces VMware avec AWS et IBM.

Le cloud est une réalité qui s’accompagne d’offres diverses

Quel chemin effectué depuis 2010… !  Si à l’époque la grande majorité des entreprises étaient frileuses à toute tentative d’implémentation d’un cloud ailleurs que sur des environnements isolés et non critiques, aujourd’hui, elles considèrent ces mêmes solutions comme des outils indispensables à leur croissance.

Aujourd’hui 38% des workloads s’exécutent dans un cloud privé et 28% dans un cloud public.

Publics ou privés, IaaS, SaaS, PaaS ou autres… les clouds peuvent prendre de multiples formes. Mais le critère immuable qui les définit est la relation bipartite « fournisseur de services » / « consommateurs », dans laquelle chaque intervenant est libre de sa proposition de valeur ou de son mode d’usage. Aussi, les nombreuses déclinaisons possibles apportent une hétérogénéité importante des offres et des méthodes de consommation.

En voici une description non exhaustive, catégorisée arbitrairement :

  • Type de service :schema-cloud
    • IaaS : services d’infrastructure
    • DBaaS : bases de données proposées comme un service
    • PaaS : plateforme (middlewares, bases de données…) prête pour une application
    • SaaS : Application directement exposée comme un service
    • DRaaS : Solution de Plan de Reprise d’Activité
  • La technologie:
    • Une plateforme VMware
    • Un environnement Openstack
    • Une offre Azure ou Amazon
  • Partagé ou non selon la volonté des consommateurs :
    • Consacré à une seule entité consommatrice
    • Commun à plusieurs entreprises ou entités (Collaboratif et Académique)
  • L’hébergement:
    • Localisation des services :
      • Public : services externes à l’entreprise
      • Privé : services internalisés
      • Privé hébergé : services dans une zone réservée à l’entreprise et localisée chez l’hébergeur.
  • Type d’hébergement :
    • Dédié : infrastructure physique dédiée et mise à disposition du client, isolation physique
    • Infrastructure mutualisée : mise à disposition d’une portion logique de ressources sur une plateforme partagée. Isolation logique. (Ex : datacenter virtuel)
    • Géré : Le fournisseur propose un service avec un niveau de responsabilité sur sa gestion.
  • Segmentation logique et affectation :
    • Mono-tenant : chaque entité accède à sa plateforme
    • Multi-tenant : partage une plateforme commune pour différents consommateurs
  • Le profil de coûts :
    • A l’usage (en fonction de la VM, du temps en heures voir en minutes…)
    • A l’abonnement : forfait mensuel pour un profil donné
    • A la réservation de ressources d’infrastructure
    • Au service : offre complète pour la totalité d’un service rendu

 

Plusieurs raisons incitent les entreprises à consommer des clouds publics

Il est fréquent que les compagnies possèdent plusieurs clouds, notamment lorsque le cloud privé ne répond pas à tous les besoins de services à la demande. Par exemple un IaaS d’entreprise peut être complété par un public fournissant un PaaS aux équipes de développement.

Quand la direction informatique évalue mal l’importance du besoin, ou ignore même son existence, elle provoque involontairement l’adoption du shadow IT (interne ou externe) qui devient l’unique solution identifiée par les métiers.

Les raisons qui justifient l’utilisation des clouds publics sont nombreuses, on trouve entre autres :

  • Besoin de réactivité et d’agilité
  • Phénomène saisonnier ou évènement qui nécessite un accès ponctuel à des ressources supplémentaires
  • Diminution des coûts
  • L’accès à des plateformes conformes aux normes et aux standards pour répondre aux impératifs règlementaires
  • Proximité géographique pour des raisons de performance
  • Localisation pour s’adapter aux obligations légales du pays
  • Besoin de « Follow the sun » pour les organisations internationales
  • Développement business sur un nouveau marché

etude-vmware

Broker de Clouds et Cloud Hybride : deux approches qui unifient la gestion des clouds.

L’utilisation de multiples clouds privés et publics provoque des contraintes de gestion pour l’entreprise.

Cette hétérogénéité croissante et la volonté d’uniformiser sont à l’origine des deux notions suivantes :

  • « Broker » de Cloud : Une solution de gestion centralisée qui consiste à déterminer la localisation cible (clouds privés ou publics) grâce à des politiques de configuration ou d’une aide à la décision. Les clouds de destination sont isolés et ne communiquent pas entre eux.
  • Cloud Hybride: C’est la réunion de clouds (le plus souvent publics et privés) que l’on considère comme un tout unifié. Le Cloud Hybride inclut la fonction de « brokering » mais va plus loin dans la cohérence globale de gestion puisqu’il harmonise tout le management, les services et les fonctions d’infrastructure comme le réseau et la sécurité. Ainsi, les clouds de destination sont étroitement liés, les VMs sont mobiles et les composants applicatifs peuvent être distribués à travers les plateformes.

 

schema-cloud

La mise en place d’un Cloud Hybride est délicate car en pratique les sujets sont nombreux. Voici quelques problématiques techniques ou organisationnelles à aborder :

  • La connexion réseau entre les clouds
  • Mobilité et portabilité des VMs
  • L’authentification unique
  • La cohérence de la sécurité et de la conformité sur les clouds
  • Les services, leur « Brokering » et les préférences de localisation
  • Réplication des services entres clouds
  • L’exploitation et le support
  • La gestion des couts, éventuellement des refacturations internes

Cette complexité évidente freine l’adoption du Cloud Hybride et les différents acteurs du marché cherchent aujourd’hui à rationaliser cette offre pour la rendre plus simple et plus accessible. L’un des axes d’amélioration est d’uniformiser la technologie pour s’affranchir des nombreuses contraintes techniques. C’est le sens des différentes déclarations effectuées ces derniers temps:  VMware et IBM, VMware Cloud on Amazon ou encore VMware Cross Cloud Services.

Ces annonces permettent d’envisager l’hybridité avec plus de sérénité car une partie significative de la complexité est prise en compte dans ces offres.

 

Pour lire la chronique précédente : Cloud, Automatisation et Orchestration : sens et contresens

Article rédigé par notre expert Alexandre Hugla

Crédit illustration Fotolia –  Elnur


 
Related Posts
 

Chronique de Sylvain Cazard, Vice-Président de VMware en France

On ne …

Read More

VMware vient à la rencontre des professionnels de l’informatique, clients …

Read More

Nous avons le grand plaisir d’annoncer l’arrivée de VMware vCloud Director 9.0, deuxième …

Read More

En tant que directeur de la technologie au niveau global …

Read More

 
 
Blog Archive