[Cloud & Ops : La chronique de l’Expert] Cloud, Automatisation et Orchestration : sens et contresens

November 8, 2016
[Cloud & Ops : La chronique de l’Expert] Cloud, Automatisation et Orchestration : sens et contresens

Propos recueillis par Alexandre Hugla

Longtemps considérée comme un simple outillage destiné aux experts système et sans réelle valeur ajoutée pour l’entreprise, l’orchestration a souffert d’une image peu flatteuse. Perçu par certains comme simple planificateur de tâches, l’orchestrateur est pourtant devenu aujourd’hui une solution incontournable pour la mise en place des clouds d’entreprise. Pour bien comprendre son importance, il est bon de distinguer au préalable ce qu’on appelle automatisation, orchestration et Cloud Management Platform (CMP).

Ne confondons pas orchestration et automatisation.

Souvent par abus de langage nous parlons indifféremment d’automatisation ou d’orchestration. Pourtant il y a bien une différence et l’orchestration est au cœur de l’automatisation :

  • L’orchestration s’intéresse à l’organisation du processus technique. Le focus porte sur l’enchainement des actions, leur déclenchement, la logique conditionnelle, la planification… Le processus d’orchestration s’appelle un workflow.
  • L’automatisation concerne l’exécution d’un processus sans intervention humaine, par exemple un workflow d’orchestration. Dans le cas du cloud, le déclenchement est piloté par la CMP. On s’intéresse davantage au résultat final et moins à la construction technique.

Au-delà d’un usage initial purement technique dans des équipes systèmes, l’orchestrateur (vRealize Orchestrator)  prend tout son sens lorsqu’il est associé à une plateforme de gestion de Cloud (la Cloud Management Platform (CMP) : vRealize Automation chez VMware). Parmi ses nombreuses missions, la CMP expose des services aux utilisateurs et déclenche les workflows définis dans l’orchestrateur et nécessaires à la fourniture de ces services. La CMP et l’orchestrateur participent à l’automatisation.

cloud-plateforme-management

Merci d’utiliser ce robot pour sa seule et unique fonction !

S’il est possible d’orchestrer de nombreuses opérations, encore faut-il que cela soit justifié et que la valeur apportée dépasse son coût. Celui-ci correspond à l’éventuel coût d’acquisition auquel il faut ajouter la valorisation du temps passé par les équipes techniques à développer les workflows. Certains échecs de clouds publics ou privés ont pour origine cette mauvaise approche qui consiste à vouloir tout développer soit même, sans tenir suffisamment compte des délais nécessaires à la mise en œuvre.

Ce n’est pas parce qu’on peut tout faire avec un orchestrateur qu’il faut forcement tout faire avec.

Faire l’acquisition d’une solution qui automatise un service ou le développer soi-même depuis l’orchestrateur est donc une réflexion à mener. C’est du CAPEX versus de l’OPEX et une façon d’acheter une économie de temps. Dans un marché concurrentiel, cette considération prend tout son sens.

C’est la raison pour laquelle le marché de la CMP connait une telle croissance aujourd’hui. On préfère le plus souvent investir dans une solution d’automatisation (plutôt que trop développer dans un orchestrateur) pour accélérer, pour être plus efficace et prompt à relever les challenges d’entreprise.

Mais sans un orchestrateur accompagnant la CMP, le cloud ne peut devenir réalité.

L’orchestrateur conserve un rôle indispensable

Si la CMP est souvent incontournable il en demeure pas moins que l’orchestrateur aussi. Mais sur un périmètre rétréci et précisément défini :

  • Efficience des équipes d’administration :

Il s’agit du rôle historique, orchestrer les tâche récurrentes d’administration. Le gain de temps obtenu sur ces actions répétitives à deux conséquences :

-Utiliser autrement ce temps économisé permet d’augmenter la rentabilité des équipes

-Valoriser l’individu, éviter la lassitude et quelquefois même la perte de talent

  • Intégration du cloud à l’informatique de l’entreprise

Tous les projets de cloud nécessitent des actions spécifiques sur des outils chaque fois différents. L’orchestrateur joue ici le rôle de glu entre les différents composants, entre la plateforme de cloud (CMP) et l’IT interne, permettant par exemple de récupérer une adresse IP à l’extérieur, de fabriquer un nom de machine concordant à la nomenclature, d’intervenir sur un équipement physique (Stockage, Load Balancer, switch…) ou encore de mettre à jour le DNS ou une CMDB.

  • Enrichissement du catalogue de services cloud

L’association de l’orchestrateur à la CMP facilite la création de nouveaux services personnalisés et accélère ainsi l’adoption des services en cloud par un plus grand nombre. Dans ce cas, l’orchestrateur sert à créer le processus technique et la CMP gère sa gouvernance (délégation aux personnes autorisées, approbation, suivi des demandes…). Ces services personnalisés apportent une forte satisfaction car ils diminuent le temps de réalisation et participent à l’autonomie des équipes. La diversité des services personnalisés n’a de limite que l’imagination, on trouve régulièrement des changements de mot de passe, la création de comptes, la gestion d’alias, la configuration de Load Balancer physique, la création de service de feedback interne, l’ouverture de tickets…)

Ces deux derniers éléments prennent une nouvelle dimension au regard du datacenter programmable…  Car dans un Software Defined Datacenter (SDDC) l’infrastructure elle-même est « APIsé », ce qui rend l’orchestrateur particulièrement adapté pour fournir des intégrations et des services toujours plus avancés.

Outre sa valeur, la solution d’orchestration de VMware dispose d’un atout supplémentaire indiscutable…

Pas assez cher mon fils… ?

Il est fréquent que des personnes s’interrogent sur la « gratuité » de vRealize Orchestrator (vRO). Pourquoi un produit aussi abouti et pertinent dans les projets d’aujourd’hui, n’est-il pas valorisé par un éditeur de logiciel ?  La réponse est simple : vRealize Orchestrator n’a jamais représenté une solution à lui tout seul, il vient plutôt s’adosser aux autres offres VMware. Auparavant il apportait un moyen d’automatiser des tâches récurrentes aux équipes systèmes en charge de vSphere, aujourd’hui il est essentiellement positionné comme un facilitateur de Cloud. Il ne remplace pas vRealize Automation mais il vient parfaitement le compléter et fait partie intégrante de la valeur totale.  Son droit d’usage est fourni avec VMware vCenter. Ainsi l’immense majorité des clients VMware le possède déjà, quelque fois sans en avoir connaissance.

vRealize Orchestrator est un outil riche et puissant

Issu du rachat de Dunes en 2007 et fort de son expérience, vRO (auparavant connu sous le nom de vCenter Orchestrator ou vCO) concurrence aujourd’hui les principaux acteurs du marché de l’orchestration. Il offre toutes les fonctionnalités habituelles de cette gamme d’outils mais il faut également souligner les points suivants :

  • Il est très facile à déployer (une simple Virtual Appliance)
  • Il dispose d’une interface graphique d’édition (drag & drops) et qui permet de tester immédiatement les workflows sans autre action.
  • Il est possible de créer de son propre code, en Javascript, pour une totale liberté.
  • Il est particulièrement efficace pour l’interopérabilité puisqu’il offre la possibilité de développer ses propres workflows et possède tous les connecteurs standards nécessaires : SSH, Powershell, AMQP, JDBC, REST, SOAP, SNMP, MAIL…
  • Il dispose d’un ensemble de plug ins développés par VMware ou l’écosystème, qui permettent d’enrichir les quelques centaines de workflows déjà disponibles par défaut.
  • Il dispose d’un typage avancé pour les variables : Tableaux de chaines, dictionnaire de propriétés, payload JSON, Classes d’objet.

workflowExemple d’un workflow dans vRealize Orchestrator:

 

Vous n’êtes pas seul

Ainsi, depuis quelques années VMware vRealize Orchestrator prend de plus en plus d’importance. La communauté s’enrichit de jour en jour et de nombreux blogs, vidéos sont à disposition sur internet.

Pour commencer avec vRO je recommande cette présentation en ligne : https://vts.inxpo.com/Launch/QReg.htm?ShowKey=33733

Ainsi que quelques-unes de ces courtes vidéos : https://www.youtube.com/watch?v=0z1GwpyoV7U&list=PLJdqfTWcnwEit0tueW80OC-WigRnqyrYG

Et pour les plus expérimentés, voici quelques blogs utiles :

http://blogs.vmware.com/orchestrator/

http://www.vcoteam.info/

http://www.vcoflow.co.uk/

Vous pouvez aussi revoir sa dernière chronique: [Cloud & Ops : La chronique de l’Expert] VMware NSX : l’ascension d’un acteur inattendu de la sécurité


 
Related Posts
 

VMware a mené l’enquête avec Opinionway pour connaitre le sentiment …

Read More

Chronique de Sylvain Cazard, Vice-Président VMware France

En une année, les …

Read More

Par Eric Gourrier, Business Solution Strategist, VMware France

« Connecting the Citizen » …

Read More

La transformation digitale se répand dans le monde des entreprises. …

Read More

 
 
Blog Archive